Matières enseignées, contenus

Histoire de l’art classique, moderne et contemporain + culture générale
Cours A.V.A. Argumentation, Verbalisation, Analyse
Peinture
Dessin : corps, architecture et design(s)
Pratiques plastiques contemporaines
Photographie
Dessin contemporain-édition
Volume-installation
Anglais
Outils numériques
Bibliothèque, centre de documentation

Histoire de l’art classique, moderne et contemporain + culture générale
Ludmilla Barrand, Bénédicte Maselli

De la conception de l’art du quattrocento de Giotto à celle des artistes du 21e siècle : une approche historique et contextuelle avec un regard plus transversal posant la question de la perméabilité des enjeux esthétiques et plastiques. L’objectif du cours vise l’acquisition des bases de l’histoire des Arts en dégageant les principaux enjeux artistiques. Axé sur la méthode de travail et sur la méthodologie de l’analyse, le cours s’appuie sur des exemples emblématiques de la création artistique, mais aussi de l’histoire des idées afin de dégager des outils de base préalables à la connaissance et à l’analyse de l’art contemporain, ainsi qu’à l’engagement de la réflexion de l’étudiant par rapport à son futur travail personnel. Le cours s’inscrit dans l’histoire, un cadre chronologique nécessaire pour appréhender les principaux présupposés conceptuels et matériels mis en œuvre dans les processus artistiques ; situer le contexte général du travail de l’artiste ou d’un mouvement, son inscription culturelle, institutionnelle et sociale. Les questionnements propres à l’art et à la création actuelle sont abordés en privilégiant des approches thématiques et transversales afin de construire une perception critique du monde contemporain.

Cours A.V.A. Argumentation, Verbalisation, Analyse
Ludmilla Barrand, Bénédicte Maselli et Anthony Musso

Temps d’échange et de dialogue, ce cours animé par deux professeurs a pour objectif de familiariser les étudiants aux méthodes de l’analyse des composants d’une œuvre d’art actuelle et/ou de leurs travaux. Cette approche développe leur capacité à formuler verbalement ce qui est en jeu dans leur production, c’est-à-dire, soutenir son point de vue, affirmer ses choix, amener et justifier ses références afin de définir la singularité de leur travail. Deux axes sont ainsi privilégiés, d’une part susciter le questionnement, mettre en doute les présupposés de l’art, interroger les relations techniques et intentions, d’autre part conduire l’étudiant à interroger sa pratique, apprendre à construire un argumentaire et à situer son projet. C’est aussi un temps privilégié pour définir des champs de recherches et trouver son vocabulaire. En outre, pour gagner en efficacité, cet apprentissage doit s’accompagner d’une connaissance des lieux de diffusion, d’une rencontre physique avec les œuvres et d’une perception globale de leur mise en espace. A cette fin, sont alternées des présentations orales, individuelles et personnelles en atelier et des visites d’exposition au sein de musées, centres d’art et galeries où les étudiants en binôme proposent l’analyse d’une œuvre sans préparation préalable : s’entraîner au voir, utiliser le vocabulaire avec précision, se familiariser avec la grammaire formelle.

Peinture
Laure Mary-Couégnias

Le cours de peinture se centre et se concentre sur les mécanismes de création, tant au niveau de la réflexion que de la réalisation. Différents sujets seront proposés afin d’entraîner une démarche singulière, une autonomie et un aboutissement plastique. Toutes techniques seront expérimentées : lavis, gouache, huile, acrylique, aquarelle, collage, peinture murale…

Le cours aura lieu tous les lundi, et un mardi toutes les deux semaines. La peinture demande beaucoup de patience et de pratique, le suivi se fera sans relâche pour une évolution large et intense.

Dessin : corps, architecture et design(s)
Thierry Odin

Dessin : corps. « Du vivant au mouvement »
Temps de pose variés, réduits ou longs, le sujet est immobile mais vivant. La main doit vivre, appuyer, relâcher, analyser les informations vues avec acuité et rapidité. Le vivant doit inspirer/transpirer le dessin. Plus tard dans l’année, vivants et en mouvement, il s’agira de capter : drapés, animaux, feuillages.
Moyens : crayons, sépias, sanguine, pastels gras ou secs, craies, encre de chine et divers jus sur divers papiers.

Dessin : architecture. « Du construit au vivant »
Observer et dessiner ce que l’on voit, jusqu’à ce que l’on dessine rigoureusement ce que l’on observe (architectures, espaces, végétations diverses). Apprendre à lire les modénatures. A chaque dessin, s’interroger sur les notions de mise en page, cadrage, hors champ, etc. Il y aura aussi le dessin de plans comme outil de représentation d’une réalité présente ou à venir. Un plan comme outil graphique et plastique.
Moyens : crayons, feutres, stylos, crayons de couleur (aquarellables, si possible), mais aussi aquarelle sur papiers en correspondance ou en décalage.

Design(s) : « Vivre c’est habiter »
De l’anonymat à la personne, élaborer des conceptions diverses et anodines à l’aide de croquis, approche d’une représentation des idées en plans. Production mais aussi détournement de plans. Analyser notre rapport au réel afin de reprendre nos codifications et de faire émerger une sensibilité et un concret spécifique. Conception et réalisation de maquettes principalement à l’aide de papier plié, mâché, de carton d’emballage et de carton plume.

Pratiques plastiques contemporaines
Anthony Musso

L’enseignement des pratiques plastiques contemporaines privilégie la diversité des pratiques, la multiplicité des champs d’expérimentations et la transversalité des disciplines artistiques. Cet espace de production est aussi source de débat et d’échanges critiques individuels et collectifs. L’engagement artistique de chaque étudiant est mis à l’épreuve, pour lui permettre progressivement de se construire un langage artistique singulier : mots, formes, matériaux, échelles, espaces… Le travail en atelier, ainsi que les séances d’accrochage (de travaux), permettront à l’étudiant de se confronter aux questions de construction/production et de mise en espace du travail, ainsi qu’à la communication de celui-ci dans les contextes de l’art. Enfin, une documentation de chaque proposition sera effectuée, afin de constituer un dossier personnel adapté à chaque étudiant.

Photographie
Alexandra Czmil

Le cours de photographie sera dans un premier temps l’apprentissage de la technique liée au médium, en commençant par l’argentique. Découvrir la mécanique d’un appareil réflexe, de la prise de vue, au développement des négatifs au tirage sur papier, les étudiants débutent l’année par une initiation au laboratoire noir et blanc. Toute cette année sera un aller-retour entre technique, pratique et théorie, nous aborderons les grands courants, mouvements et écoles de la photographie. Régulièrement nous ferons des lectures d’images, soit de la production des étudiants soit d’un photographe contemporain. Quels sont les différents registres d’une image et quels sont les moyens pour les appliquer ? De la photographie documentaire, en passant par le photojournalisme, à la mise en scène, nous verrons diverses manières de fabriquer des images, et par la lecture d’image pouvoir les comprendre et les décrypter. L’objectif de ce cours sera de faire émerger un début de pratique personnelle appliquée au médium photographique. A chaque rendu de sujet, l’étudiant devra présenter un corpus d’images ou une série accompagnés d’une note d’intention. Des temps d’accrochages et de présentation collective sont prévu dans l’année afin que chaque étudiant expérimente les enjeux d’une mise en espace des photographies et une prise de parole en public. Mettre en relation des images dans un espace, les faire dialoguer, choisir un format, un papier, un dispositif d’accrochage font autant font parti du médium photographique. Les étudiants ont des initiations à la photo de studio, en début d’année afin d’être autonome pour documenter leur travaux, dossiers et performances.

Dessin contemporain- édition
Géraldine Kosiak

Les objectifs de cet atelier dessin contemporain sont de donner à chaque élève la possibilité de structurer et d’organiser ses recherches, de développer son imaginaire, de réfléchir sur sa façon de faire, d’apprendre à composer et à développer une idée et présenter au mieux son travail de dessin.
Les sujets de l’année permettront aux étudiants de diversifier les propositions et d’expérimenter plusieurs techniques (crayons, fusain, gouaches, collages, etc.)
Ce cours devrait permettre aux étudiants investis, de trouver de façon concrète et efficace certaines clefs, afin de répondre aux exercices donnés.

Volume-installation
Maxime Lamarche

L’objet, centre des préoccupations.
Faisant appel à une mixité de production plastique, de la sculpture à l’installation, les différents aspects tant techniques que théoriques d’un travail en volume seront à l’œuvre dans ce cours. De la projection à la réalisation, de l’atelier à la salle d’exposition, tels sont les enjeux. Acquérir les compétences nécessaires pour appréhender l’espace et s’y confronter par le biais de la praxis. Développer sa personnalité et se mettre à l’aise avec les différents matériaux contemporains pour produire une réponse autonome à un sujet soumis est l’objectif du cours. La gestion de son temps, à l’atelier et hors de l’école est primordiale pour approcher d’une méthodologie de travail.
Les réponses en volumes serviront à étayer la constitution d’un dossier artistique personnel en vue des concours du second semestre. Il s’agira de trouver des stratégies pour emporter avec soi des objets en volume. Les questions du statut des objets réalisés pendant ce cours et de leur format seront abordées tout au long de l’année, pendant les rendus de travaux mais également lors de leur fabrication et du choix de(s) technique(s) à utiliser.

Anglais
Paul Berry

Les cours d’anglais ont pour but de donner aux étudiants la possibilité d’améliorer les bases déjà acquises, mais surtout de développer un langage mieux adapté à leur pratique artistique. Les cours vont être constitués de recherches à partir de textes d’artistes, de revues, de livres d’art et d’autres sources telles que des extraits audios et filmiques. Améliorer la spontanéité et l’aisance orale tout en donnant un vocabulaire spécifique pour mieux enrichir et asseoir les connaissances artistiques liées à l’environnement anglo-saxon va permettre aux étudiants de mieux écouter et comprendre les enjeux critiques de leur production, d’argumenter leurs propos et affiner l’analyse et la présentation de leurs productions plastiques.

Outils numériques
Marie Valorge

Le cours outils numériques se déroule sur 1 mois en début d’année scolaire. Il a lieu dans les locaux et avec l’assistance du personnel de l’école des beaux-arts. À leur arrivée en classe préparatoire les étudiants ont une connaissance et un usage plus ou moins étendus de l’outil informatique et de ses applications. Il s’agit donc de les faire travailler en commun sur des bases souvent méconnues par tous : l’histoire de l’informatique, le fonctionnement de l’ordinateur ; la rédaction de textes, la typographie et les mises en page ; les images numériques ; l’importation, le traitement et l’exportation des données. En plus des cours, des exercices sont proposés aux étudiants ainsi qu’un travail personnel qu’ils doivent développer en parallèle pendant ce mois de septembre. Il ne s’agit alors pas de les mener à utiliser l’ordinateur comme un outil de création mais comme un outil d’application : un outil de recherche, de classement et de publication. A la fin du mois de septembre, chacun d’entre eux doit être autonome par rapport à un usage standard de l’informatique dans les études artistiques : faire des recherches, rédiger des travaux théoriques, mémoriser des travaux plastiques, ordonner et présenter convenablement l’ensemble. Et ils ont les clés pour aller plus loin, plus tard, si l’évolution de leur travail prend cette direction (publication presse, publication web, dessin vectoriel, animation…).

Bibliothèque, centre de documentation
La bibliothèque de l’école nationale supérieure des beaux-arts est située au 2e étage.
Horaires d’ouverture : du lundi au jeudi de 9h à 19h30, le vendredi de 9h30 à 18h. Pendant les vacances scolaires, elle est ouverte de 9 h à 17 h (fermeture l’été).
Son accès est strictement réservé aux étudiants et aux enseignants de l’Ensba, ainsi qu’aux étudiants de la classe préparatoire. Une carte d’emprunt est remise à chaque étudiant en début d’année, valable pour l’année scolaire.
Les conditions d’emprunt sont les suivantes : les écrits d’artistes, les ouvrages théoriques, les romans et la poésie, les bandes dessinées peuvent être empruntés pour 3 semaines ; les monographies d’artistes (maxi : 3), les CD, les DVD et les vidéos sont empruntables sur une semaine (maxi : 1 CD audio, 1 CD-ROM et 2 DVD). Certains documents (magazines, revues, catalogues d’expositions, dictionnaires, encyclopédies et guides pratiques) sont à consulter sur place et ne peuvent être empruntés.
Pôle associé à la bibliothèque municipale de Lyon, elle bénéficie de ses outils et de son système de catalogage mais a fait l’objet d’une réflexion particulière afin d’adapter son plan de classement aux nécessités pédagogiques de l’école. La bibliothèque dispose de deux réseaux informatiques différents, celui de la bibliothèque municipale et celui de l’école.
Elle est équipée :
– de deux postes de consultation du catalogue informatisé ;
– de trois macs et de deux scanners pour le travail sur place, la consultation libre d’Internet ou des documents numériques ;
– d’un réseau wi-fi et de prises ethernet pour les portables ;
– d’un combiné tv-magnétoscope-dvd, d’une tv avec lecteur dvd et d’une platine audio.
Elle propose en outre l’accès à 6 bases de données en ligne, spécialisées en histoire de l’art, permettant la consultation de la presse internationale ou l’accès à une encyclopédie.
Elle est organisée en quatre espaces distincts :
L’espace d’accueil espace de renseignement et d’accueil, ce lieu de passage accueille aussi les quotidiens nationaux ainsi qu’une documentation relative aux conférences hebdomadaires. Derrière la banque de prêt se trouvent aussi les collections audiovisuelles.
Geneviève Gilles et Martine Charmasson sont chargées de cet accueil.
De part et d’autre de l’espace d’accueil, se trouvent les deux salles principales : la salle d’actualité espace d’information, ouvert sur la vie de l’école, lieu d’échanges entre les étudiants, les enseignants, les intervenants… Elle contient la presse internationale, les magazines, la littérature contemporaine, la théorie : histoire de l’art, philosophie, sciences… Les catalogues d’expositions collectives, ainsi que des ouvrages classés par pôles thématiques : photographie, design, graphisme, mode…La salle de lecture espace d’étude, c’est un lieu plus silencieux, conçu pour une lecture approfondie et un travail d’écriture au calme. Les monographies d’artistes sont conservées dans cette salle : tous les artistes se côtoient quel que soit leur champ d’intervention de façon à favoriser les approches transversales. Elle contient aussi les ouvrages de référence classés par mouvement, période, ou domaine artistique, les dictionnaires et encyclopédies ainsi qu’un fonds d’ouvrages à caractère iconographique. Le bureau situé au fond de la salle d’actualité. Cet espace consacré à la gestion des collections est un lieu ouvert à toute demande de renseignement concernant la recherche documentaire. Dans ce lieu sont conservés les mémoires des étudiants et les livres d’artistes en consultation sur place. Corinne Vallin est la responsable de la bibliothèque, assistée de Carmen Bouet et de Véronique Fouilloux.