Professeurs


Ludmilla Barrand

Ancienne étudiante de l’ENS Ulm, Ludmilla Barrand enseigne l’histoire de l’art depuis 20 ans à des publics universitaires de profils et nationalités variés. Pendant 15 ans elle a aussi dirigé un programme universitaire américain basé à Paris, expérience qui lui permis de comparer les mondes de l’art français et américains, d’organiser plusieurs expositions d’artistes américains ainsi que de multiples rencontres avec les professionnels de l’art parisien. A côté des cours d’AVA et d’histoire de l’art pour la classe préparatoire, elle est aussi chargée de cours à l’Institut d’études Politiques de Lille, ainsi qu’au Master de Politiques Culturelles Internationales de l’Université de Versailles Saint Quentin.

Fabien Coupas

Fabien Coupas est designer graphique et typographe indépendant. Il est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon, où il se forme au graphisme et au dessin de caractères. Il travaille comme designer graphique dans les champs de l’édition, de l’identité et la scénographie d’exposition. En parallèle, il conçoit et développe des caractères typographiques « hors commande » qui servent sa pratique du design graphique. Il dessine aussi des caractères originaux de commande pour des projets éditoriaux, cinématographique, d’identité, de marque.

Alexandra Czmil

Née à Laxou (54) en 1981, Alexandra Czmil vit et travaille entre Nantes et Lyon. Après l’obtention d’une licence d’Arts Plastiques à l’université Paul Verlaine de Metz, elle commence en parallèle d’un master des études à l’École Média Art ema fructidor de Chalon-sur-Saône. Son DNAP en poche, elle entre à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon où elle obtient un DNSEP en Art. C’est pendant ses deux dernières années d’études, qu’elle se spécialise en image, notamment en photographie argentique. Son travail s’inspire essentiellement de la réhabilitation de la mémoire et des cultures populaires (sous-cultures/cultures adolescentes, culture ouvrière, architecture vernaculaire et cinéma), entre photographie plasticienne et photographie documentaire.

Félix Lachaize

Né à Grenoble en 1987 Félix Lachaize se voit comme un « sculpteur d’opportunité ».
Il passe beaucoup de temps à saisir, trier, stocker toutes sortes d’objets/matériaux abandonnés qui lui procurent les idées et les énergies pour produire ses installations, ses vidéos, ses performances… Les objets ramassés, amassés deviennent des arguments, leur présence physique étant devenue obsolète, Félix joue avec ses filtres.
Quitte sa vallée natale dans les Alpes en 2005 pour entrer à l’Ensba Lyon. Attiré par la sculpture, il produit de nombreux volumes durant les premières années de son cursus. Puis il poursuit en s’ouvrant à d’autres disciplines comme la vidéo, la photographie, la poésie… mais surtout la performance et les claquettes, où il retrouve la souplesse du bon skieur qu’il était et obtient son DNSEP art en 2011.

Maxime Lamarche

Maxime Lamarche est né en 1988 à Audincourt (25). Il suit d’abord une formation de génie mécanique puis est diplômé du DNSEP de l’Ensba Lyon en 2012. Il installe son atelier à Saint-Chamond et y développe un travail de sculpture et d’installation visible notamment lors de Voyage à Nantes en 2012, de la Biennale de design de St-Étienne en 2014, de la Biennale d’art contemporain de Lyon en 2015 ainsi que lors du Printemps de septembre à Toulouse en 2018. Son travail est entré dans la collection permanente de la Central Academy of Fine Arts (CAFA) de Pékin, et en 2018 il séjourne 10 jours avec l’expédition artistique MATZA au sommet du glacier d’Aletsch en Suisse.
Au sein des paysages et des architectures dans lesquels il intervient, Maxime Lamarche interroge la durée de survie de nos fantasmes et de nos illusions avec ses sculptures hybrides aux équilibres précaires. Il détourne bateaux, voitures, et autres objets symboliques pour voir émerger leur charge culturelle. Jouant sur les échelles et les potentialités évocatrices de ses œuvres, il amorce un récit qui déroute et nous met face à la désuétude de notre monde.
Il enseigne à la classe préparatoire de l’Ensba Lyon depuis 2017.

Bénédicte Maselli

Bénédicte Maselli est docteur en histoire de l’art contemporain, discipline qu’elle enseigne depuis 2011. Elle a écrit une thèse sur l’actionniste viennois, Hermann Nitsch et travaille sur les liens entre histoire de l’art et anthropologie. Elle met en question les notions de sacré et d’imaginaire à travers les médiums de la performance, du théâtre et de la danse, entendus comme expérience esthétique, afin d’interroger l’individu et démontrer que l’univers qui l’entoure, malgré sa diversité, est un tout cohérent relevant d’une continuité survivante auquel il participe. Elle a participé à plusieurs colloques nationaux et internationaux, a publié plusieurs articles sur le sujet ainsi qu’un ouvrage sur les artistes Michel Journiac et Gina Pane.

Anthony Musso

Thierry Odin

Diplômé de l’École d’Art Appliqué de la Ville de Lyon, après un passage éclair dans le milieu de la publicité, il exerce pendant un quart de siècle, comme concepteur de formes et de dessins principalement spécialisé dans l’architecture d’intérieur. S’attachant à la conception d’espaces et de mobiliers, il collabore avec différents cabinets d’architectes et d’ingénierie sur des projets d’aménagement de taille et de dimension complètement variable.
Passionné par la conception du détail comme par l’accomplissement du chantier, il travaille autant pour le particulier, le tertiaire et les commerces qu’avec les collectivités locales.
Parallèlement, il commence à effectuer des remplacements ou des interventions ponctuelles dans des établissements d’enseignement supérieur spécialisés en Art ou en Art Appliqué.
Il offre ses compétences dans les domaines du dessin, du modèle vivant et de l’initiation au(x) design(s) au sein de la classe préparatoire de l’Ensba Lyon depuis presque dix ans.

Gwyneth Baines

Gwyneth Baines est diplômée des beaux-arts au Goldsmith’s College de l’Université de Londres ainsi qu’en Anglais et Civilisation de la Nouvelle Sorbonne à Paris.  Elle donne des cours d’anglais dans plusieurs universités en France et continue de pratiquer en tant qu’artiste depuis de nombreuses années.

Manon Vargas

Manon Vargas est une jeune artiste. On pourrait croire qu’elle fait de la peinture, mais nuance, elle utilise la peinture comme un outil à faire des tableaux. Elle se permet de temps en temps des écarts, car son travail n’est pas exclusivement cantonné à un médium. Elle réalise aussi avec l’aide et la rencontre d’autres artistes des vidéos.
À première vue on pourrait penser qu’elle est obsédée par les objets et accessoires des humains, ainsi que par les animaux, mais ce qui la tracasse serait plutôt le regard. Elle se demande sans cesse, comment regarder, que regarder, et surtout à quelle échelle regarder. Il faut prendre son travail comme une invitation à changer d’échelle pour poser son regard autour de ce qui nous entoure. Espace, Objet, Animal.
Son travail a été présenté lors de plusieurs expositions collectives, notamment au DOC ! À Paris (2017), dans les écrans parallèles du FID (2017), au Creux de l’enfer à Thiers (2018), à la galerie Houg à Paris (2018) et plus récemment Manon Vargas a réalisé une peinture monumentale de 412 m de long pour une commande de SNCF Réseau.